Rechercher

Mis à jour : 30 août 2019


Psychologues, psychiatres, psychanalystes, psychothérapeutes …

On les appelle tous « psy » et pourtant leurs approches thérapeutiques sont souvent très divergentes, quand elles ne sont pas contradictoires. Le manque d’information à ce sujet conduit à certains malentendus, pouvant même influer négativement sur la prise en charge et le déroulement de la thérapie. Il est donc important, nécessaire, d’en savoir un petit plus avant de choisir votre « psy ».


Première précision, toutes les approches ont leur utilité, leur efficacité, cet article n’a pas pour but de faire de la publicité pour telle ou telle méthode, mais de mettre un peu de lumière quant au choix d’un thérapeute. Ceci dit chaque « courant » a son paradigme, ses convictions, et une vision de l’être humain qui lui sont propres. Reste à savoir lequel correspond le mieux à votre façon de voir les choses.


Deuxième précision, les disciplines ne doivent pas être considérées comme des catégories figées, strictes. En effet, un psychologue peut avoir une approche analytique, un psychiatre peut faire de la psychothérapie etc… Aussi important que le choix de la thérapie est le choix du thérapeute.

Un premier rendez-vous permettra de vous faire une idée. Il est important (c’est mon avis) de se fier aussi au « feeling », car contrairement à ce que l’on pourrait croire à première vue, le feeling, qu’on pourrait appeler aussi « le ressenti », est en réalité porteur de puissants mécanismes inconscients qui ont bel et bien un sens !


Le psychiatre


Un psychiatre est un médecin. De formation scientifique, il aborde le patient avant tout de manière anatomique et physiologique. Son intérêt se porte essentiellement sur le fonctionnement du cerveau. Système nerveux, neurotransmetteurs, molécules biochimiques, le psychiatre est formé et compétent dans la prise en charge médicale, avec pour finalité le rétablissement de l’équilibre chimique du cerveau. Il se réfère au DSM, qui est un manuel psychiatrique classifiant les troubles mentaux, pose un diagnostic et prescrit un traitement médicamenteux. Il intervient régulièrement dans le traitement de maladies mentales graves. Les consultations sont remboursées par la sécurité sociale.


Psychologue


Le champ de la psychologie est vaste si bien qu’il est difficile de dresser un portrait type du psychologue.Il est souvent consulté pour faire des tests de personnalités et de QI. Néanmoins, certains font aussi de la psychothérapie (psychologues cliniciens) et leur domaine d’application est essentiellement celui du « comportementalisme ». C’est-à-dire que le psychologue se concentrera sur les aspects visibles du comportement et sur les phénomènes conscients. Pour traiter un symptôme il s’appliquera à modifier un comportement ou une représentation consciente. Parfois même il mettra le patient en situation, comme par exemple dans les phobies, ou celui-ci sera exposé à l’objet de sa peur.


Psychanalyste


Le psychanalyste est un spécialiste de l’inconscient. Au-delà du symptôme, ce qui l’intéresse c’est l’origine du symptôme. Le symptôme n’est que l’expression d’un conflit psychique à un moment donné. Résoudre le symptôme, ce n’est pas résoudre sa cause, le conflit psychique. Voilà la différence essentielle avec les autres disciplines. Retour sur l’enfance, analyse des actes manqués, le transfert etc … Faire une psychanalyse c’est entamer un travail plus long, plus profond, ne visant pas seulement la suppression du symptôme, mais aller au-delà, c’est-à-dire améliorer la qualité de vie du patient, évitant ainsi les rechutes et l’apparition de nouveaux symptômes.

Il est important également de noter que le psychanalyste est le seul « psy » obligé d’avoir effectué lui-même une psychanalyse, afin d’être dégagé de ses propres conflits psychiques.


Psychothérapeute


Depuis quelques années le titre de psychothérapeute est protégé. C’est désormais un titre acquis par la validation d’un diplôme reconnu par l’état. Mais il ne s’agit pas à proprement parler d’une approche. Le psychothérapeute peut-être plutôt d’orientation analytique (psychanalyse) ou favorable aux TCC (thérapies comportementales et cognitives) etc…


Psychopraticien


Comme pour psychothérapeute, « psychopraticien » est un titre mais qui n’est pas protégé. Le psychopraticien n’est pas titulaire d’un diplôme reconnu par l’état. Bien entendu cela n’est pas décisif, car ce n’est pas la validation par l’état qui fait un bon ou un mauvais thérapeute (et heureusement !).


Peut-être désormais les différences entre les « psys » vous paraissent un peu plus clair.

Encore une fois n’hésitez pas à vous faire votre propre « ressenti », en allant sur le site du thérapeute, en lisant ses articles s’il en écrit, à lui poser des questions par téléphone, par mail ou lors d’un premier entretien (sans aller jusqu’au harcèlement bien entendu ! ).


Petite astuce qu'on ne répètera jamais assez : Parle-t-il plus que ce qu’il écoute ? Si oui, prenez garde …