“ Le problème, c'est : comment être

adolescent au moment

de l'adolescence ”

Donald WINNICOTT pédiatre et psychanalyste

 

L'adolescence est une période compliquée à gérer autant pour les parents que pour l'enfant. Il est question de profonds changements physiologiques qui perturbent autant le corps biologique que l'équilibre psychique. 

Nous sommes ici à un moment charnière du développement qui va déterminer la vie future de l'adolescent. Non seulement l'avenir professionnel est en jeu, mais également (et surtout) l'avenir émotionnel. Nous savons que la plupart des troubles psychiques (pour ne pas dire maladies) se déclarent à la puberté. L'adolescence est ce carrefour universel qui débouche soit sur l'ouverture au monde, soit sur le pathologique.

Dépression, repli sur soi, conduites à risques, violence, délinquance, addictions, troubles alimentaires, idées noires et parfois actes auto-destructeurs.

Ce qui caractérise le mieux l'adolescent est le paradoxe de Winnicott : “Ce mélange de défi et de dépendance”. D'un côté la peur de la séparation et de l'autre l'angoisse de l'intrusion. Ni trop petit pour être enfant , ni assez grand pour être adulte, il a du mal à trouver sa place. 

Le comportement (inadéquat, certes) de l'adolescent exprime en fait une confusion devant une situation nouvelle. Il "se cherche" en tant qu'individu et il serait contre-productif de le contrarier dans cette quête par des moyens coercitifs. Le rôle de l'adulte est justement de l'aider à trouver sa voie..

Dans toutes les civilisations que l'on a pu observer, à chaque fois, l'adolescence revêt une importance particulière. Différents rites marquent ce passage de l'enfance à l'adulte comme étant une nécessité pour se couper de l'ancienne vie et en débuter une nouvelle. Les cultures, les lieux, les traditions diffèrent mais le message fondamental reste le même.Qu'il s'agisse d'excursions annuelles dans la forêt, de "sauts" dans le vide ou de service militaire, au fond quelle différence ? "Qui perd sa vie, la trouvera" ... 

En thérapie, nous assurons le soutien psychologique, nécessaire à l'accompagnement et au soulagement des tensions inhérentes. Si il n’y a pas de remèdes contre l'adolescence (et heureusement!), nous pouvons et devons l'aider à se reprendre en main, à mieux gérer, et traverser plus sereinement cette période. 

Si au début, l'adolescent est toujours réticent et réfractaire à l'idée de consulter un "psy", il appréciera au fur et à mesure cet espace qui lui sera consacré et dans lequel il pourra "jeter" toutes ses angoisses, ses doutes et son agressivité.