Nous rencontrons tous des difficultés au cours de notre vie...

 

Parfois ces difficultés nous confrontent à des impasses, que nous ne parvenons pas à dépasser.

L'obstacle premier à ce "dépassement" est l'isolement.


Prendre l'initiative de consulter un spécialiste c'est se diriger vers l'inconnu mais il s'agit là du premier pas vers le changement, et cet acte est très significatif pour nous de la volonté de s'en sortir de la personne : de sa "pulsion de vie" comme on dit dans le jargon.

Depuis déjà de nombreuses années, les avancées considérables en sciences humaines nous ont ouvert les portes à la compréhension de l'être humain et nous démontrent chaque jour un peu plus que nos souffrances ne sont pas des fatalités.

 

Dans toute souffrance, il y'a une part d'incompréhension.

 

Parfois elle apparait soudainement, sans explications préalables, provoquant des réactions "irrationnelles", "bizarres", et toujours plus fortes que la volonté de la personne. Ceci créant également une incompréhension de l'entourage, famille et amis compris, conduisant ainsi à l'isolement progressif et rajoutant de la souffrance supplémentaire à une charge déjà lourde à porter. 

 

C'est le cas aussi dans les conflits familiaux, de couples, ou parentaux. Les protagonistes ne se comprennent pas et donc ne parviennent pas à communiquer si ce n'est au travers d'un dialogue de sourds dans lequel chacun détient sa propre vérité et se renfermant sur soi, agrandissant ainsi le fossé qui les désunit. Le cercle vicieux est enclenché.

 

Si une souffrance ou un symptôme ne répond pas aux lois du système conscient, cela ne veut pas dire qu'il n'a aucun sens. Nous ne parvenons simplement pas (encore) à le trouver. la psychothérapie analytique va permettre cette investigation. Remonter à l'origine du problème pour le comprendre et le traiter de manière efficace. Avec la prise de conscience des mécanismes régissant la souffrance, et par là une compréhension profonde et véritable de soi,  nous visons non seulement la suppression totale des symptômes mais aussi une modification des représentations internes, meilleur moyen de prévenir les "rechutes".